Trois pour cents sauvage de Rachel Simonin

Trois pour cents sauvage de Rachel Simonin

Trois pour cent sauvages, c’est la mise à nu d’une entité de trois qui se présentent à cent.
Trois pour cent sauvages souhaite porter un regard avec humour en débusquant des paradoxes de la langue.
Notre système nous impose de plus en plus de chiffrage dans notre langage et dans notre quotidien ; que ce soit la météo, les cours de la bourse, l’accumulation de sondages et de promotions. Il élargit notre sémantique, falsifie le réel par la création perpétuelle de nouveaux mythes et de nouvelles
nécessités de subsistance.
Comment considérer l’incalculable ? Comment porter un regard sur ces chiffres abstraits modifiant matériellement nos journées ? Quelle est la pureté d’alliage d’un phénomène social ? Comment modifier les perceptions de notre biotope, en combinant des préoccupations économiques, chimiques et sociologiques à différentes échelles ? Nous nous concentrons sur des possibilités d’énumérations, de codifications, d’analogies, de combinaisons en ramenant tout à l’échelle du calcul. Un calcul dérapant jusqu’à l’absurde.

Le texte expose le parcours d’une personne sous le regard de trois personnages à l’allure de conférenciers.
Une heure et quart de décorticage de la langue, de ses significations et de ses symboles, jusqu’à ce que s’enchaîne d’elle-même une partition synthétique, machinale, alliant intimité et problématiques actuelles. Nous entrechoquons les situations pour que l’oralité se fasse prendre elle-même en étau par la vitesse et la spécificité des codes de langage. Que ce soit au cours de mes pratiques artistiques plus anciennes (performances, vidéos, art in situ) ou avec ma pratique du théâtre, je fais de mon processus créatif la base de ma narration. C’est un intérêt pour la partition à la fois mathématique et musicale, qui allie quatre caractéristiques : la hauteur, la durée, l’intensité et le timbre. Je n’envisage pas une narration linéaire mais plutôt un rapport au dérapage dans la rythmique du langage, c’est pourquoi insister sur le terme poésie sonore est très important pour moi.
Trois pour cent sauvages les algorithmes, la prise de parole chorale et le monologue. La parole se partage entre les trois acteurs représentant chacun une caractéristique propre de l’homme raconté. La modalité de la parole est repensée au fur et à mesure de l’écriture en s’appuyant sur des données d’ordre sociologiques, logistiques et biologiques. Il s’agit d’en ouvrir les symboliques pour en faire pivoter le sens: des possibles poétiques.

PRODUCTION Avril(s)
COPRODUCTIONS Hypolipo – Maison des écritures et des écritures transmédias, Fédération Wallonie Bruxelles, la Bellone, le Boson, Projection Room



Auteure et metteuse en scène Rachel Simonin

Distribution Clément Delhomme, Alex Guillaume, Jonathan Kibani

Éclairagiste Rachel Simonin

Chargée de diffusion Suzanna Bauer

1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement