Billetterie THEATRE OUVERT : Réservez votre billet

Carte Théâtre Ouvert

Carte Théâtre Ouvert

  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

LA CARTE TO C'EST

L’occasion d’assister aux festivals, mises en voix et ateliers de pratique artistique de manière gratuite, de bénéficier de réductions sur les spectacles et mises en espace pour vous et votre invité, mais surtout de découvrir des auteurs, des comédiens, des metteurs en scène...


Tarif unique à 10€ pour un an de date à date


LES AVANTAGES




  • 50% de réduction sur les spectacles et mises en espaces


  • L'entrée gratuite aux festivals, mises en voix, ateliers


  • Tarif réduit pour votre invité


  • Tarif préférentiel chez nos partenaires


RÉSERVATION

N'oubliez pas de réserver vos places pour les représentations auxquelles vous souhaitez assister.

Vous pourrez retirer votre carte à Théâtre Ouvert lors de votre venue.


NOS PARTENAIRES

La Colline, Théâtre de Belleville, Festival Paris l’Été, IVT – International Visual Theatre, Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette, Le Tarmac – La scène internationale francophone, MC93 Maison de la Culture de Seine-St-Denis, Monfort Théâtre, Théâtre 13 – Seine, Théâtre 13 – Jardin, Théâtre 71 – Scène Nationale, Théâtre de Gennevilliers – T2G, Théâtre de l’Aquarium, Théâtre de la Bastille, Théâtre de la Cité Internationale, Théâtre de la Commune – CDN d’Aubervilliers, Théâtre de la Tempête, Théâtre Gérard Philipe, Théâtre Jean Arp, Théâtre Paris-Villette, Théâtre Romain Rolland – Scène conventionnée de Villejuif


Pièces de guerre en Suisse - ZOOM #5

Pièces de guerre en Suisse - ZOOM #5

  • 15 et 16 mai 2019 à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

d'Antoinette Rychner
avec Barbara Baker, Lola Giouse, Olivia Csiky Trnka, Guillaume Druez, Fred Jacot-Guillarmod, Laurent Sauvage, Valerio Scamuffa

1h15

Maya Bösch présente à Théâtre Ouvert un extrait en lecture de sa future création autour de “Pièces de guerre en Suisse”, œuvre colossale et inédite de l’auteure suisse Antoinette Rychner, librement inspirée de la trilogie d’Edward Bond, “War Plays” éditée en 1985.
L’auteure, poussée par un élan de conscience et de lutte politique, traque son pays tel un gibier, avec une obstination qui peut faire penser à celle de Hannah Arendt. De cette curieuse confrontation entre « guerre » et « Suisse » découle toutes les thématiques de la pièce. Maya Bösch s’intéresse non seulement d’explorer la complexité de nos langages et de nos rapports sociaux dans un pays où on jouit d’une relative prospérité et de paix sociale, mais aussi d’ouvrir vers l’autre, vers l’Europe et le monde qui est à feu et à sang.

En partenariat avec le Centre Culturel Suisse

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la présentation du 15 mai

Texte à paraître aux éditions Les Solitaires Intempestifs

La première suisse aura lieu au Théâtre Vidy Lausanne le 15 novembre 2019

Production Compagnie sturmfrei
Coproduction La Comédie de Genève, le Théâtre de Vidy Lausanne
Soutiens Loterie Romande VAUD, Fondation Ernst Göhner, SSA, SIS


Mise en espace dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Danse d'atomes d'or - ZOOM #5

Danse d'atomes d'or - ZOOM #5

  • Jeu. 16 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Olivier Liron
avec Émilie Flamant et Olivier Liron

1h

« Je marche dans la lumière du soir. Non. Pas tout à fait. Ce n’est pas tout à fait la lumière du soir. Je marche dans le champ, j’enfonce mes chaussures dans la glèbe et, engourdi par le froid et la tristesse qui commence à me saouler la gueule, je me souviens du miracle de ton corps. »
Tout commence par un coup de foudre. Chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur seigle. Ils s’éprennent, s’étreignent et réinventent avec éclat l’histoire d’Orphée et d’Eurydice dans la grande ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparaît, sans un mot. Inconsolable, têtu, O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire a dû partir sans laisser d’adresse.


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Comme la mer, mon amour - ZOOM #5

Comme la mer, mon amour - ZOOM #5

  • Ven. 17 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

Écrit, interprétée et mise en scène par Boutaïna El Fekkak et Abdellah Taïa

1h

Après 15 ans de séparation, Abdellah retrouve Boutaïna par hasard dans les rues de Paris. Ils vont dans un café. Ils parlent. Abdellah veut absolument savoir pourquoi Boutaïna l'avait cruellement abandonné. Pourquoi elle a détruit l'amour-amitié entre eux. Il insiste, beaucoup. Boutaïna résiste, longtemps. Abdellah finit par trouver le moyen de l'obliger à parler, à s'expliquer: leur passion commune pour les films égyptiens.
Comme la mer, mon amour est une pièce sur l'inévitable retour des fantômes. La nécessaire confrontation radicale avec le passé. Et l'attente éternelle d'un miracle. D'une chanson.


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Soldat inconnu(e) - ZOOM #5

Soldat inconnu(e) - ZOOM #5

  • Ven. 17 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Sidney Ali Mehelleb
par Aurélie Van Den Daele
avec Sidney Ali Mehelleb

Caroll est à son micro. Le matin très tôt. La bataille commence.
Caroll est beau. Caroll est belle.
Caroll est les deux et sauvage.
Caroll anime une émission-radio inconnu(e) du grand public.
Caroll y crie son amour du monde, son amour de l’autre et transcende les souvenirs de la Grande et de la petite Histoire.
Caroll, à travers ses mots et tout son corps, mène une bataille féroce pour réaliser son œuvre d’art. Un monde meilleur.
Caroll envoie également de la musique comme on envoie des balles perforantes.
Pendant que la musique nous touche, se déroule devant les yeux de Caroll un monde en état d’urgence. Ce monde est un couple, IL et ELLE. Des sentinelles de l’opération du même nom. Un homme et une femme, anonymes, ici et maintenant.
Ils sont là pour sécuriser le monde, pour le sauver si besoin et pour panser les plaies... Peut-être aussi pour être là quand le massacre sera là, pour tirer dans le tas dans certains cas, pour apaiser peut-être, peut-être pour se sauver si besoin.

In Soldat Inconnu(e)

Production DEUG DOEN GROUP et la FERME DE BEL EBAT-Théâtre de Guyancourt
Avec le soutien du Théâtre de l’Aquarium et du Théâtre de La Renaissance - Oullins Lyon Métropole.

Texte lauréat de l'Aide nationale à la création de textes dramatiques - mai 2018


Mise en espace dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Portrait de Raoul - Qu'est-ce qu'on entend derrière une porte entrouverte ? - ZOOM #5

Portrait de Raoul - Qu'est-ce qu'on entend derrière une porte entrouverte ? - ZOOM #5

  • 20 et 21 mai 2019 à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Philippe Minyana
mise en scène Marcial Di Fonzo Bo
avec Raoul Fernandez

1h

Sur le berceau de Raoul né à El Tránsito au Salvador, les fées se sont penchées. Fée n°1 : Mama Betty, sa mère, qui lui donne le goût des costumes. Mais la couture, c’est Paris… La fée n°2 y apparaît, sous les traits d’un certain Copi. À l’Opéra, la fée n°3, c’est Rudolf Noureev. Au Théâtre Gérard Philipe, la fée n°4, Stanislas Nordey, fait passer Raoul des coulisses à la scène. Raoul s’est toujours cherché et il s’est toujours trouvé. Il a appris la langue de Molière en apprenant tout Molière. La fée n°5, Marcial Di Fonzo Bo, le met en scène et en lumière.

Je suis une actrice française et je suis heureux
La musique des mots. Hein la musique des mots ?
La beauté de la langue. Je suis amoureux de la belle langue
Je suis tombé dans la langue française et je commençais à oublier celle de mon enfance
Alors un jour j’ai très mal au ventre. Je vais aux urgences.
Crise d’angoisse Je me dis « Raoul tu as le mal du pays »
Quand je téléphonais à ma Mama elle me disait « Reviens
reviens je t’en supplie »
En pensée je me suis mis à revoir les falaises blanches le sable noir de mon pays
J’arrivais même à sentir l’odeur de l’usine de noix de coco
Donc je saute dans un avion
A l’arrivée une vieille vend des pupusas
Des galettes de maïs
Ça m’a fait tout drôle. Ça m’a fait plaisir. J’ai revu ma
famille. Je les ai trouvés petits et très vieux
Ça m’a fichu un coup
Ma Mama me disait « Alors alors ? » et moi je pleurais

Philippe Minyana

Extrait de Portrait de Raoul

Production Comédie de Caen - CDN de Normandie


LA PRESSE EN PARLE

" Ce portait offre une leçon de théâtre, sur le fond (Raoul Fernandez a appris Molière par cœur en arrivant à Paris) et la forme. L’exercice du solo multiple est ici merveilleusement porté par ce comédien que l’on sait dément mais qui là se prête à un jeu très difficile. « Oulala quelle histoire! » dit à juste titre Raoul. Quelle grande histoire ! Merci. " Amelie Blaustein Niddam, Toute la Culture

" Déployant l’âme couturière de Raoul merveilleusement mise en valeur par l’acteur Raoul Fernandez, Marcial Di Fonzo Bo met en scène Raoul et Fernandez avec une vive complicité. Une heure chrono de bonheur. " Jean-pierre Thibaudat, Médiapart


Spectacle dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Les Cinq fois où j'ai vu mon père - ZOOM #5

Les Cinq fois où j'ai vu mon père - ZOOM #5

  • Mar. 21 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de et par Guy Régis Jr
avec Christian Gonon de la Comédie Française

durée estimée 1h

« Aujourd’hui encore à l’âge où je suis vieux, je ne cesse de le chercher. Depuis la cinquième fois où j’ai vu mon père, il a disparu. Il n’est bien sûr pas encore mort. Il est bien en vie, mon père. Il ne donne toujours pas de nouvelles. Mais tout semble aller. Il a pris sa retraite, vit comme vit un Occidental au repos. »
Dans ce texte Guy Régis Jr poursuit son questionnement sur la famille et l’absence.



  • Alors l’oubli ! Et l’oubli ?


  • Tu connais la recette ?


  • Tu la connais ?


Production NOUS Théâtre
Coproduction Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines

Ce texte est lauréat de l’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA

Adaptation par l’auteur d’un roman à paraître chez Gallimard

Texte lauréat de l'Aide nationale à la création de textes dramatiques - novembre 2018


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Une vie de Gérard en Occident - ZOOM #5

Une vie de Gérard en Occident - ZOOM #5

  • Mer. 22 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

d'après le roman éponyme de François Beaune
mise en scène Gérard Potier
collaboration artistique Léna Paugam
avec Gérard Potier et Arnold Mensah
assistant de mise en scène Célio Betrancourt-Couaillet
création lumière Eric Seldubuisson
création sonore Marine Iger

1h10

… une vie de Gérard en Occident parle de la France et des Français des années 60 à nos jours.
« Ça va Aman ? Je te fatigue pas trop, avec ma vie de Monsieur Tout le Monde ? Tu reprends une bière ? »
À Saint-Jean-des-Oies, une bourgade imaginaire de Vendée, c’est l’heure de l’apéritif chez Gérard Airaudeau. En veine de confidences, le voilà qui retrace son parcours d’ouvrier en milieu rural et d’autres histoires vécues par ses proches, voisins et collègues. Face à lui, Aman, un réfugié érythréen accueilli depuis peu, qui se demande jusqu’où vont le mener ces digressions tragicomiques…
Gérard Potier

Production Le Bazar Mythique
en partenariat avec la Ville des Sables d’Olonne, le Centre de Production des Paroles Contemporaines (l’Aire Libre & le festival Mythos), Le Moulin du Roc – Scène Nationale de Niort, Maison des Arts de Brioux sur Boutonne, la Ville de Cesson Sévigné, Ville de Liffré. Aide à la création Ville de La Roche-sur-Yon, le Conseil départemental de la Vendée, le Conseil Régional des Pays de la Loire.
Merci au Grand R - Scène Nationale de La Roche sur Yon, initiateur de la collecte des histoires qui serviront de support à l’écriture du roman, avec notamment l’accueil en résidence de François Beaune pendant 2 ans et l’accueil des premières lectures.

Une vie de Gérard en Occident est publié aux éditions Verticales


Spectacle dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


La fumée de cerisier - ZOOM #5

La fumée de cerisier - ZOOM #5

  • Jeu. 23 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Kateřina Rudčenková
traduction Benoît Meunier
par Maëlle Dequiedt
avec Anne Benoît, Bénedicte Cerutti, Blanche Ripoche

Alors qu’Anna, artiste peintre trentenaire écorchée par une rupture, se voit reprocher son mode de vie par sa mère Marie, elles ont la surprise de voir leur aïeule Valérie revenir d’entre les morts pour arbitrer leur conflit. Voici trois femmes qui vont débattre sous nos yeux et confronter leurs points de vue sur le mariage, cette fin vers laquelle tendent tous les contes de fées. Elles vont aussi beaucoup rêver : de robes blanches tachées de cerise, de manteau de fourrure et de maison hantée, de smokings et de Samuel Beckett.

Avec le soutien de Fabulamundi-Playwriting Europe, du programme Culture de l'Union Européenne


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Dominique Constanza & In memoriam - ZOOM #5

Dominique Constanza & In memoriam - ZOOM #5

  • Jeu. 23 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de et par Jean-René Lemoine


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Dominique Constanza & In Mémoriam - ZOOM #5

Dominique Constanza & In Mémoriam - ZOOM #5

  • Jeu. 23 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Jean-René Lemoine

1h (entracte compris)

DOMINIQUE CONSTANZA
Avec Jean-Réné Lemoine

Dominique Constanza, comédienne et « doyen » de la Comédie- Française, s’est donné la mort à Etretat dans la nuit du 24 au 25 juin 2013. Dans ce récit en forme de Tombeau littéraire, Jean-René Lemoine revisite la palpitation de ses derniers instants.

«Elle n’a pas osé sauter. La nuit noire. Peur de se lancer dans le vide. Le roucoulement farouche de la mer. Des rumeurs lointaines. Des sanglots dans la poitrine. Obsessions. Souvenirs de terreurs enfantines. Les abandons. Elle redescend, fragile, s’agrippant aux rochers. Le froid lui glace la gorge. Elle n’arrive plus à respirer.»


IN MEMORIAM
avec Nathalie Richard

Dans ­«In memoriam», une mère fait resurgir, par la force du souvenir, sa fille morte le 12 janvier 2010 dans un gigantesque tremblement de terre. Elle parle à l’ensevelie, tente désespérément de la garder auprès d’elle, le plus longtemps possible.

«(…) En quelques secondes la ville s’était effondrée comme un château de cartes, en quelques secondes la ville fracassée avait sombré corps et biens, il ne restait plus qu’un vestige de ville, une carcasse de ville, et des monceaux de cadavres empilés, dans le silence époustouflant.»


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


FAIRE LE MUR - Ou comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? - ZOOM #5

FAIRE LE MUR - Ou comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? - ZOOM #5

  • Ven. 24 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Marie Dilasser
conception, mise en scène, texte vidéo et interview Hélène Soulié
avec Mounya Boudiaf et la journaliste Éloïse Bouton
regard sociologique Loréna Favier
vidéo Maia Fastinger
lumières Maurice Fouilhé

1h

MADAM – Manuel d’Auto Défense À Méditer, est un projet de territoire inédit, entre enquête anthropologique, écriture contemporaine et sciences. Présenté comme un carnet de voyage, il se décline en 6 chapitres ou épisodes. Des centaines de femmes sont rencontrées. Six autrices, six actrices, six chercheuses et une anthropologue sont associées au projet. De cette sculpture sociale en faveur de l’égalité et de la diversité, nous présentons le second chapitre qui met sur le devant de la scène les gracieuses.
Toutes ces femmes qui donnent leur énergie à la ville, qui imprègnent leurs idées, leurs colères et leurs joies sur les murs, qui changent les longs discours en un dessin sur un rideau de fer, qui font de la ville un terrain d’expression, comment s’organisent-elles ? Contre quoi luttent-t-elles ? Avec qui ? Que défendent-t-elles ?
Ces artistes grâce à qui la ville devient plus vivante, qui soulèvent des questions au détour d’une rue, sur un volet, une plaque d’égout, une pompe à incendie, une boîte aux lettres, la façade de pôle emploi ou des assurances, de quoi rêvent-elles ? Que disent-elles d’elles et des autres femmes ? Qu’est-ce qu’une graffeuse a à dire d’autre qu’un graffeur ? Qu’est-ce qui change ? Comment s’équipent-elles une fois que tous les commerces ont fermé, que tous les achats-ventes ne se font plus que sous le manteau, à la sauvette, qui s’occupe des enfants une fois qu’elles ont quitté leurs appartements, qu’elles sont sorties de leurs immeubles ? Quand la ville n’est plus seulement un espace de commercialisation, de marchandage, de consommation, vers quels supports se dirigent-elles ? Quand la ville prend son autre visage, plus en creux, où se planquent-elles ? Se donnent-elles rendez-vous ? Ont-elles des plans ? Est-ce qu’elles bossent le lendemain ?
Marie Dilasser

Production EXIT
Coproduction Carré d’Art - Musée d’Art Contemporain – Nîmes / Théâtre le périscope – Nîmes / Le Sillon – Scène Conventionnée d’intérêt national – Clermont l’Hérault / Résurgence, Saison des arts vivants – Lodève
Soutiens DGCA (compagnonnage autrices), SACD, DRAC et Région Occitanie (au titre des compagnies conventionnées), DRAC (Politique de la Ville), Conseil Départemental de l’Hérault (Cohésion sociale), Ville de Montpellier, DRDDF.


Spectacle dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


V.I.T.R.I.O.L. - ZOOM #5

V.I.T.R.I.O.L. - ZOOM #5

  • Ven. 24 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Roxane Kasperski et Elsa Granat
par Elsa Granat
collaboration artistique Hélène Rencurel
avec Roxane Kasperski, Olivier Werner, Pierre Giafferi

1h20

VITRIOL est un acronyme qui cache une formule alchimiste. Celle-ci enjoint à descendre au plus profond de soi pour découvrir l’essence de son être. Ce titre annonce la profondeur d’une intrigue fondée au départ sur le triangle, canon du vaudeville, le mari, la femme et non pas l’amant, mais l’amour du passé.
C’est dimanche. Notre héroïne vit une soirée calme avec le nouvel homme, l’homme du présent. Et le passé revient. Cet homme qu’il n’a jamais rencontré arrive chez eux.
Comment vont-ils cohabiter ? Comment faire avec cet autre qui se déforme peu à peu et densifie chaque minute? Une ultime bataille qui va révéler trois guerriers.
Le couple neuf cherche à définir comment s'aimer en dehors de la passion, en dehors du passé. L'homme du passé cherche un asile, un refuge lors de l'assaut d'une énième crise maniaque. Une présence qui échauffe tous les rapports et va les révéler chacun plus profondément.
L'amour, la folie et la survivance restent au cœur de ce travail : la folie hurlante dans un opéra gueulé. Un oratorio musical.


Mise en espace dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


N° 30 — Quand vous sortez, vous flânez ou vous rôdez ? - ZOOM #5

N° 30 — Quand vous sortez, vous flânez ou vous rôdez ? - ZOOM #5

  • Sam. 25 mai à 19 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel
avec Sonia Chiambretto, Julien Masson, Séphora Pondi, Yoann Thommerel
et la participation de Mastour Benguirech, Elodie Davoust, Raffaelle Della Croce, Ibrahim Diallo, Samba Diawara, Yacine Djouadi, Ousmane Doumbouya, Adama Fofana, Adama Karamoka, Kader Karamoko, Mamadou Karamoko, Jocelyn Maulny, Sophie Papieau, Mohamed Souleyman, Lassana Toure, Samba Traoré

50min

Depuis sa première utilisation à Venise en 1516, où il désigna d’abord une petite île où l’on obligea les juifs à résider, le mot « ghetto » n’en finit plus de désigner par extension. Convoqué singulièrement ces dernières années dans les champs de l’art, des médias et du discours politique, il est devenu un puissant générateur de fiction. La recherche que nous menons sur le plateau se veut avant tout une traversée collective dans l’histoire de cette dérive terminologique, une plongée dans ce qui est devenu une béance de la langue. Nous prenons pour point de départ le Questionnaire élémentaire, questionnaire poétique et frontalement politique, coécrit en lien avec le Groupe d’information sur les ghettos (g.i.g.). À partir de nouvelles rencontres faites dans le cadre de 48 heures de résidence à Théâtre Ouvert, nous l’activerons et l’augmenterons : récits, témoignages, images vidéos, litanies…

Coproduction Le Premier Épisode, Théâtre Ouvert-Centre National des Dramaturgies Contemporaines

Le Premier épisode est soutenu par Les Laboratoires d’Aubervilliers, la Comédie de Caen, Montévidéo, le Théâtre National de Strasbourg
Le Questionnaire élémentaire est paru dans une coédition Laboratoires d’Aubervilliers / Groupe d’information sur les ghettos (g.i.g)

Remerciements Autremonde


Mise en voix dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Paradis - ZOOM #5

Paradis - ZOOM #5

  • Sam. 25 mai à 20 h 30
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Sonia Chiambretto
avec Sonia Chiambretto, Rami Rkab
collaboration artistique Frédéric Hocké

45min

Tout a commencé en bas de chez moi. La ville où j’habite accueillait le temps d’un week-end la crème des romanciers à succès. Des micros avaient été installés sur chaque place pour des lectures publiques, ou des entretiens. En marchant, je suis tombée sur un garçon syrien qui voulait prendre la parole. Il ne parlait ni français, ni anglais. J’ai tout de même compris qu’il voulait parler dans un micro. Il préparait sur son ordinateur ce qu’il voulait dire. Il venait de Syrie et c’était un moment de grand KO. Évidemment il n’a jamais eu le micro. Il ne comprenait pas pourquoi, et moi non plus. C’est le point de départ d’une amitié et d’une enquête rocambolesque : pendant deux ans je me suis acharnée à essayer de sauter par-dessus la barrière de la langue, pour enfin comprendre ce qu’il voulait nous dire ce jour-là.

Coproduction Le Premier Épisode, Théâtre Ouvert-Centre National des Dramaturgies Contemporaines
Avec le soutien de la région Île-de-France.
Remerciements Ada Harb, Yoann Thommerel, Thierry Raynaud


Mise en espace dans le cadre du festival ZOOM - DU RÉEL AU POÉTIQUE
Cinquième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.


Des territoires  (... et tout sera pardonné?)

Des territoires (... et tout sera pardonné?)

  • Mar. 11 juin à 19 h + autres dates
  • Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines - Paris

de Baptiste Amann
mise en espace par Baptiste Amann
avec Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon

L’équipe artistique mène durant 15 jours à Théâtre Ouvert une résidence dramaturgique visant à expérimenter le texte et ses possibles résolutions scéniques dans le cadre d’une session de l’EPAT (École Pratique des Auteurs de Théâtre).

Les spectateurs sont invités à découvrir le fruit de ce travail avant la publication dans la collection Tapuscrit/Théâtre Ouvert et la création du spectacle en novembre 2019.

Salle de soins intensifs du centre hospitalier Henri Duffaut. Benjamin, mordu à la gorge par un chien au moment des émeutes, est en état de mort cérébrale. La question d’arrêter les machines au profit d ‘un éventuel don d’organes se pose au reste de la fratrie. Dans le même temps, l’hôpital accueille le tournage d’un film sur la guerre d’Algérie, et plus particulièrement sur le procès de Djamila Bouhireb, figure emblématique et irréductible de la révolution Algérienne. L’actrice qui joue Djamila, en conflit avec le réalisateur, trouve refuge dans le service de réanimation, et va côtoyer, le temps d’une nuit, Samuel, Lyn, et Hafiz au moment où ils ont à prendre une décision tragique. De part et d’autre de la fiction, pour tous la question sera la même. Une question qui se pose à tous ceux dont la situation semble désespérée : arrêter le combat ou le poursuivre coûte que coûte?